Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

15 mars 2013 5 15 /03 /mars /2013 07:06

« L’archange pleure en moi

Son habit de lumière

Et l’éclat de mes yeux

                               N’est plus que le reflet                     

De son regard perdu.

 

Les envols de plein ciel

Ne tentent plus ses ailes,

Leurs rémiges blessées

Palpitent dans mes doigts

Qui les prirent au piège.

 

L’étoile énamourée

De ses aubes premières

S’emprisonne au limon

Que soulèvent mes mains

Germées de sa misère.

 

 Cependant sa mémoire

Sous l’écorce du temps

Darde sa flamme intacte

De sa langue de feu

A m’en brûler le cœur.

 

Mais l’ardeur de mon sang

Me trompe et son reflux

M’incline aux noirs soleils

Mourant d’être engloutis

En l’inerte matière.

 

A travers tant de nuit

Tant de chair, tant de terre,

Je ne peux même plus

Regretter l’étincelle

De son regard éteint.

 

Je ne peux même plus

Surprendre le murmure

De ses chants exilés

Et son âme est en moi

Comme un cercueil scellé. »

 

 

Christiane Burucoa. Extrait de : L’ombre et la proie, 1958

Partager cet article

Repost 0
Published by Vladimir Bulat - dans Delicii literare
commenter cet article

commentaires